Reportage - Bénin

Entre traditions et développement,

vu du ciel

Blanc harmattan, rouge latérite, vert tropical, le Bénin dévoile son territoire dense en couleurs.
Vu du ciel ce pays d’Afrique de l’Ouest dévoile sa culture et ses paysages insoupçonnés.

Pays de cultures et de traditions, confronté aux enjeux du monde moderne, le Bénin cherche son équilibre entre tradition et développement.

Environnement

Au sud du Bénin, près de la frontière togolaise, à Grand- Popo, les eaux de la lagune rencontrent l’Océan Atlantique. Ce canal se nomme la Bouche du Roy.

Soumis au courant les eaux se mêlent et se démêlent. Riche d’une végétation et d’une faune abondante, la mangrove est classé au Patrimoine Mondiale de l’Unesco.

Malheureusement la montée des eaux et l’érosion menace cet écosystème fragile. Sur les 4 îles se trouvant dans la lagune, l’une d’elle, Kouéta, à déjà quasiment disparu.

Biodiversité

Entre aout et novembre, dans le golfe du Bénin, c’est l’occasion d’observer les baleines. Ces dernières viennent donner naissance à leurs baleineaux.

Confronté aux mêmes problématiques environnementales que les autres pays, le Bénin a interdit les sacs plastiques à usage unique en juin 2018 dans le but limiter la pollution. Cette décision est favorable pour la biodiversité marine.

Depuis peu la brigade canine de la Police Républicaine dispose d’une unité spécialisée dans la détection des espèces protégées, notamment concernant le trafic d’ivoire et les écailles de pangolins.

Pêche traditionnelle

La pêche, souvent réalisée de manière artisanale est l’une des principales sources de nourriture pour les populations du sud. Malheureusement, les méthodes traditionnelles comme la pêche Acadja peinent à produire assez de poissons pour nourrir les populations. Les pêcheurs augmentent donc la cadence. A grande échelle ces méthodes contribuent à la raréfaction des poissons en augmentant l’acidité de l’eau et épuisent les ressources.

Toutefois, des start-ups innovantes comme Green Keeper voient le jour et apportent de nouveaux revenus aux habitants. Green keeper récupère la jacinthe d’eau, plante envahissante, pour la transformer en absorbant pour hydrocarbures.

Pêche artisanale

La pêche artisanale au Bénin est sur le déclin. Les eaux poissonneuses du golfe du Bénin ne le sont plus autant. Les pêcheurs locaux accuse leur collègue au large de vider l’océan avec leur énorme chalutier.

D’autres phénomènes entrent en compte pour expliquer la diminution des ressources halieutiques, le changement climatique mais aussi le non respect des trêves pour permettre la reproduction des poissons ou bien encore l’utilisation massive de filet à maille fine qui capture jusqu’au alevins. Il se dit que certains pêcheurs utiliseraient même des moustiquaires…

Cadre de vie

Cité lacustre du Bénin Inscrit sur la liste indicative du patrimoine mondial de l’UNESCO, Ganvié accueille 35 000 habitants qui vivent dans des maisons sur pilotis sur le lac Nokoué. Le gouvernement béninois, en coopération avec l’AFD (Agence française de Développement) à démarrer un programme de rénovation et d’amélioration du cadre de vie des habitants et un développement touristique.

Bien que vivant sur l’eau, les habitants de Ganvié doivent se rendre chaque jour au puit pour y obtenir une eau potable puisée à plus de 30 mètres sous le lac. En effet la pression démographique la rend impropre à la consommation.

Transport

Dans le village de Lobogo, la poussière de la latérite s’immisce dans les moindres recoins. Les routes étant des pistes de terre l’affluence des jours de marchés rend la situation pénible pour les habitants. L’état du réseau routier au Bénin est un problème pour le développement du pays, notamment touristique.

Le Président Patrice Talon élu en 2016 a mis en place un vaste programme de réflexion des voies. 700 kilomètres de routes vont être bitumés dont une grande partie dans la capitale économique, Cotonou.

Religion

C’est au Bénin qu’est apparu le culte vodou. Environ 20% de la population le pratique. Ce pourcentage est dans les faits beaucoup plus important car une partie de la population se revendique Chrétien et animiste ou Musulman et animiste à la fois.

Les cérémonies Vodou spectaculaires participent à maintenir les liens sociaux dans la société béninoise, car il relève à la fois du religieux et du culturel. La place des cultes est si importante que la journée du 10 janvier leur a été dédiée. Cette date marque le début de festivités qui dureront plusieurs jours. A côté des manifestations « officielles » des grandes villes, des cérémonies plus intimes ont lieux dans les villages.

Le Vodou est par essence une tradition secrète. Il attire cependant de nombreux touristes. L’enjeux est de trouver un équilibre entre tradition et développement touristique.

Economie

Plus grand marché de l’Afrique de l’Ouest, Dantokpa, voit chaque jour plus d’un million de clients. Tout ce qui se vend et s’achète est disponible. Une grande majorité des marchandises est exportée par le Nigeria voisin.

Un vaste programme de déménagement du marché à déjà commencé afin de moderniser le commerce.

60% de l’économie béninoise est informelle, ce n’est pas sans conséquences sur les financements de l’Etat et donc l’amélioration des conditions de vies.

Industrie

Peu industrialisé, le Bénin dispose toutefois d’usines de transformation des matières premières sur son territoire comme la brasserie SOBEBRA.

Cependant, les principales sources de revenus du pays sont le Port Autonome qui alimente les pays enclavés du nord et la culture du coton.

Education

Longtemps appelé quartier latin de l’Afrique le Bénin est aujourd’hui marqué par des inégalités d’accès et de maintien à l’école. Absentéisme, manque de structures d’accueils et qualification des enseignants sont les plus grand défis à relevés. Des progrès on été réalisé les dernières années comme l’école obligatoire et gratuite depuis 2006 par exemple. Dernièrement le gouvernement a également procédé à une évaluation du corps enseignant.

Les inégalités entre la scolarité des filles et des garçon sont plus importantes dans les zones rurales et pauvres. Les chiffres montrent cependant une progression du nombre de filles terminant leur scolarité.

Artisanat

Dans le village de Sègbo, dit Sè, la poterie est une histoire de femme.

La cuisson est l’étape la plus importante et sans aucun doute la plus pénible. Les femmes réalisent de petits objets mais également de grandes jarres pouvant contenir plus de 100 litres d’eau. Celles-ci sont empilées à bout de bras puis recouvertes de branchages pour créer un immense brasier.

Les poteries sont parfaitement circulaire alors qu’elles sont réalisées sans tours ! C’est là toute la magie de leur savoir-faire ancestral.

Les revenus issus de la poterie ne permettent pas seulement aux femmes de subsister, elles sont le pilier économique de leur communauté.

Retour haut de page